Autour de l'immeuble Clarté #3. Le meurtre de la maison de verre: une ombre dans la lumière.

C’est une bien sinistre affaire sur laquelle enquête la police genevoise, au début de l’automne 1944, sous les ordres de l’officier Gaudet.

Autour de l'immeuble Clarté #3. Le meurtre de la maison de verre: une ombre dans la lumière.

clarté 1933
12.06.1933: entrée numéro 4 rue Saint-Laurent Crédit: Bibliothèque de Genève/Centre d'iconographie

Un corps découpé en morceaux a été retrouvé. Les paquets, semés dans les égouts, découverts par des employés de la voirie. Le Professeur Naville, médecin-légiste, révèle que la jeune femme a été assassinée, le coup fatal porté par un objet contondant à la tempe. 

Grâce à l’emballage d’un des paquets, qui porte l’adresse d’une épicerie aux Eaux-Vives, la recherche est circonscrite. Les soupçons se portent sur un habitant de la rue Saint-Laurent, domicilié dans l’immeuble Clarté, inauguré par Le Corbusier une décennie plus tôt. Pressé de questions, le suspect craque et avoue. Suite a une violente dispute, il a frappé sa femme. Devant l’irréparable, il décide de faire disparaître le cadavre... Mais il n’avait pas l’intention de la tuer!

La froideur de cette démarche laisse planer un doute sur la sincérité de l’accusé.

La salle d’audience de la Cour est bondée au long des deux jours de débats, durant lesquels 53 témoins sont cités. 16 par l’accusation, qui crie au meurtre prémédité, 37 par la défense, qui soutient la thèse d’un meurtre sous le coup de l’émotion. 

C’est l’achat de la clé à molette, l’arme du crime mentionnée dans cet article du Journal de Genève du 22 septembre 1944, qui questionne. Acheté quelques jours avant l’événement, l’assassin prétend que son usage était destiné à réparer un jouet de son fils. Or, l’outil est disproportionné pour cette tâche, qu’il aurait pu effectuer avec d’autres outils en sa possession. 

Finalement, on lui accorde des circonstances atténuantes et la préméditation est écartée. Verdict : dix ans de réclusion et une ombre dans la lumière de Clarté.

Poster votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

Voir aussi